mardi 2 octobre 2018 par Share America

En 2012, l'entrepreneur camerounais fonde Producam SA, une petite société qui dispose de deux entrepôts dans l'ouest du Cameroun. Dès 2017, son entreprise s'est tellement développée qu'il ne parvient plus à répondre à la demande. Il contacte alors Ovamba*, une société de financement alternatif basée aux États-Unis qui aide les petites entreprises comme la sienne à s'élargir. Mais pas comme le font les banques.

Ovamba met M. Neossi en contact avec trois investisseurs étrangers prêts à financer l'exportation de 10 000 tonnes de fèves de cacao. En l'espace d'un an, l'exportateur signe un accord de 500 millions de dollars avec une firme américaine de fonds de placement privés pour se lancer dans la transformation du cacao sur place.

Les banques ne sont pas à la hauteur de la tâche, souligne Viola Llewellyn, cofondatrice et présidente d'Ovamba. Le missing middle de la classe moyenne, qui est en pleine croissance sur le continent, n'a pas accès aux services aux entreprises. ... suite de l'article sur Autre presse

www.225.ci - A propos - Plan du site - Questions / Réponses © 2019