dimanche 5 juin 2022 par Abidjan.net

L'Union des grandes entreprises industrielles de Côte d'Ivoire a organisé un panel de haut niveau sur la protection de la propriété intellectuelle et industrielle autour du thà¨me  l'expérience française en matià¨re de lutte contre la contrefaçon: les râles de l'INPI, des douanes et de l'Unifab. Comment adapter ce dispositif en Côte d'Ivoire au service des créateurs, des entreprises et du public ivoirien ? .

Cet événement qui s"inscrit dans le cadre de la journée anti-contrefaçon et de la venue en Côte d'Ivoire de Monsieur Pascal Faure, Directeur général de l'Institut National français de la Propriété Industrielle (INPI) s"est tenu le vendredi 03 juin 2022 au sià¨ge du patronat ivoirien à  Abidjan-Plateau.

La contrefaçon qui est la reproduction ou l"utilisation totale ou partielle d"un droit de propriété intellectuelle sans l"autorisation de son titulaire est au centre des préoccupations. Tous les domaines ne sont pas épargnés à  l'à¨re de la mondialisation des échanges. C'est pourquoi cette rencontre d'échange entend porter des réflexions sur la nécessité de protéger les droits de propriété intellectuelle et industrielle des entreprises, des jeunes entrepreneurs, des créateurs qui sont à  la base de l"innovation et de la création de richesses en Côte d"Ivoire.

L'une des solutions, c"est de pouvoir s"inspirer du modà¨le français avec l"Union des Fabricants pour la Protection Internationale de la Propriété Intellectuelle créée le 23 aoàt 1872 aux dires de M. Jean-Louis Menudier, Président de l"UNIFAB-Abidjan. '' l"UNIFAM est le chemin manquant du dispositif que nous avons en Côte d"Ivoire à  savoir le Comité de lutte contre la contrefaçon, le Tribunal du Commerce , les différentes structures de l" Etat pour lutter contre ce fléau à  savoir, la Douane, la Gendarmerie, la Police économique en particulier.'' a-t-il confié.

Selon lui, il n"y avait pas de représentativité de titulaire de droit pour servir de courroie de transmission avec celui qui possà¨de le droit sur une marque ou sur un produit et toutes les structures permettant de mener cette lutte. ''Aujourd"hui, une nouvelle à¨re commence. L"UNIFAB va représenter tous les titulaires de droit, que ce soit les grands, des multinationales avec leur grande marque bien connue dans l"agro-alimentaire, dans le cosmétique. Des grandes entreprises ivoiriennes, internationales, mais également les chanteurs, les artistes créateurs (peintres, ébénistesâ?¦) , toutes les structures quelque soit leur dimension vont être protégées ou vont bénéficier d" une aide de l" UNIFAB en matià¨re de formation, de la connaissance de leur droit'' a-t-il révélé.

Ce panel de haut niveau a été animé par des experts ivoiriens et français. Câté français, on avait M. Pascal Faure, Directeur Général de l" INPI , Monsieur Michel Gindroz, Attaché Douanier Régional pour l" Afrique de l" Ouest et du Centre° pour le compte du Trésor Français et Madame Delphine Sarfati-Sobreira, Directrice Générale de l" UNIFAB â?France par visioconférence. 

Câté ivoirien, on a enregistré la participation de M. Paul Koffi Assandé, Directeur Général de l" Office National Ivoirien de la Propriété Intellectuelle (OIPICI), Colonel Bahin Lejeune, représentant le Directeur Général de la Douane et enfin le Modérateur Jean-Louis Ménudier, Président de l" UNIFAB â?Abidjan.

Notons que l"UNIFAB-Abidjan qui a été créée le 22 mars 2022 sous le statut d"association, travaille en étroite collaboration avec son homologue de la France à  travers une convention de partenariat pour la protection de la propriété intellectuelle et industrielle en Côte d" Ivoire.

Cyprien K.

www.225.ci - A propos - Plan du site - Questions / Réponses © 2019